Tanah Lot - Batukaru - Jatiluwih - Bedugul

Excursion N°4 - Une journée de temples et de rizières

 

Programme

 

08 h 30 : départ de Balam Bali Villa
09 h 15 : arrivée à Tanah Lot
10 h 15 : visite du temple Batukaru
11 h 00 : départ pour les rizières de Jatiluwih
12 h 30 : repas au dessus des rizières en terrasses
14 h 00 : départ pour le lac Bratan
15 h 00 : visite du temple du lac Bratan
16 h 00 : marché de Bedugul
17 h 00 : arrivée à la Villa


À savoir

Pour ceux qui prennent uniquement l'option transport (c'est-à-dire ceux qui n'ont pas prix le forfait excursion)

  • Les prix comprennent uniquement le déplacement en voiture, aller/retour
  • Ils ne comprennent ni les services d’un guide, ni les repas, ni les entrées sur les sites

 

Carte du circuit



 

Tanah Lot

 

Les Français disent de Tanah Lot que c’est le Mont-Saint-Michel de Bali. C’est vrai pour toutes les raisons suivantes : un temple dans la mer, sur un rocher, des marchands du temple à une échelle astronomique, des embouteillages déments pour y arriver, et surtout pour en repartir, après le coucher de soleil. Mais comme au Mont-Saint-Michel, on y va quand même parce que c’est beau.

 

Permettez-nous toutefois de penser que le temple est bien plus beau au matin, lorsqu’il est éclairé de face, sans une cohue de touristes. Au coucher du soleil, le temple est éclairé en contre jour et se résume à une silhouette. Tanah Lot est un rocher célèbre de Bali, sur lequel repose le temple. Le temple aurait été construit au XVIe siècle par un prêtre du nom de Nirartha qui se serait reposé à cet endroit lors d'un voyage. Certains pêcheurs, l'ayant vu, lui auraient remis des cadeaux. Il demandera par la suite aux pêcheurs de construire à cet emplacement un temple pour vénérer les dieux de la mer. La légende raconte qu'un serpent marin, né de l'écharpe de Nirartha, protège le temple des voleurs et mauvais esprits. Tanah Lot est l'un des sept temples marins construits sur la côte sud-ouest de Bali. Certains racontent qu'ils forment une chaîne en raison du fait qu'il est possible d'apercevoir de part et d'autre de chaque temple, celui qui le précède et celui qui le suit.


D'importants travaux de restauration ont été entrepris en 1980, pour consolider le rocher qui s'émiettait et menaçait les structures du temple. Le gouvernement japonais finança les travaux de restauration grâce à un prêt de 800 milliards de roupies. Le tiers de la roche visible aujourd'hui est artificiel. Le rocher était lié à Bali par une arche naturelle aujourd’hui disparue et non reconstituée.

 

La visite du temple n’est pas possible, sauf chance inouïe de tomber sur une cérémonie. On se contente de marcher sur la plage. Ne cédez pas aux marchands du temple qui vous vendent l’accès à une soi-disant source sacrée et à un soi-disant python sacré !

 

En remontant, arrivé au niveau du sentier qui longe la falaise, tournez vers la gauche. Vous passerez le long de la baie aux surfeurs, et vous arriverez au bout du parc où se trouve un autre petit temple, lié à Bali par une arche. Tanah Lot fait partie d’une série de temples, dits "temples de l’océan", qui forment une sorte de berceau protecteur de Bali.

En voici la liste, si vous les croisez...

 

  • Pura Gede Perancak au sud de Negara.
  • Pura Rambut Siwi à l’est de Negara.
  • Pura Tanah Lot à l’ouest de Canggu.
  • Pura Luhur Uluwatu à l’extrême sud-ouest de Bali.
  • Pura Mas Suka au sud de la péninsule de Bukit.
  • Pura Sakenan à Pulau Serengan, une île entre Benoa et Sanur.
  • Pura Pulaki à Pulaki, au nord est de Gilimanuk.

 
Le temple de Batukaru

 

L’excursion reprend pour le site du temple de Batukaru, l’un des temples cardinaux de l’île, au pied du volcan du même nom. Il existe six temples dits cardinaux ou axiaux, situés vers les points cardinaux balinais qui ne sont pas comparables aux nôtres : ils sont adaptés à la morphologie de l’île. Ces temples sont les Sad Kahyangan, ou les "six temples du monde", les édifices les plus sacrés de Bali. Ce sont, pour les Balinais, les points pivots de l’île sur lesquels repose tout l’édifice culturel et religieux de l’île.

Temple Batukaru

Ces temples sont :

  • Pura Besakih à Karangasem, le "Temple Mère" de Bali,
  • Pura Lempuyang Luhur à Karangasem, situé à l’extrême est de l’île,
  • Pura Goa Lawah (le temple des chauves souris) à Klungkung,
  • Pura Uluwatu à Badung, situé au sud de l’île,
  • Pura Batukaru à Tabanan, le plus à l’ouest de la série,
  • Pura Pusering Jagat (Pura Puser Tasik) à Gianyar.


Après une crémation, la famille du défunt réalise une tournée complète de ces 6 temples en portant une offrande sur un plateau d’argent. Cette offrande très précieuse contient une sorte de symbole du défunt, une sculpture d’allure humaine faite de fleurs et de bois de santal. À l’issue du tour des temples, la figure revient dans la maison de la famille, et, selon les traditions qui varient d’un lieu à l’autre, elle est enterrée au pied du temple des ancêtres.

Si vous voyez une cérémonie à Batukaru, il s’agira probablement d’une telle cérémonie du tour des temples pivots de l’île. Des camions déversent les membres de la famille, avec gamelan, et le cortège se met en place pour aller dans le temple.

Le temple est enfoui dans la forêt tropicale. Il est très ancien et a été détruit au cours de conflits entre royaumes. Abandonné jusqu’à sa rénovation en 1959 et il a été agrandi en 1977 où il obtient sa forme actuelle. Le temple est envahi de mousses (attention, sol très glissant). Il paraît très mystérieux. On ne peut pas entrer jusqu’au cœur du sanctuaire, mais le parcourir à quelques mètres de distance, devant l’alignement spectaculaire de merus (pagodes). Ces merus sont des hommages aux ancêtres des rois de Badung et Tabanan, ainsi qu’à une trinité très spécifique au temple, Tri Candra: les dieux de l’air, de l’eau et des plantes.

Avant d’y arriver, on passera la première cour, où se trouvent de belles longues maisons pour les pèlerinages. Avant d’entrer dans le sanctuaire, on franchit une allée. Vers la gauche, elle conduit à la rivière sacrée, qui est environnée d’un des rares restes de nature balinaise sauvage, non plantée. Vers la droite, l’allée descend en larges marches vers un petit temple inférieur, au-dessus d’un bassin d’ablutions, pour se purifier. Enfin, on arrive à l’angle d’un vaste bassin sacré récemment restauré. Faites en le tour par la gauche. Vous vous approcherez de la vanne d’où partent les prêtres afin de déposer des offrandes sur l’île au centre du lac. Une allée remonte, à l’angle opposé de celui du départ, vers le parking. Au final, on aura parcouru l’un des plus mystérieux sanctuaires balinais. En raison de la vénération de la trinité air–eau–plantes, on pourrait imaginer (et espérer) que parte de là une conscience écologique absente dans l’esprit des Balinais.

 

Les rizières de Jatiluwih 

Site classé patrimoine mondial de l'Unesco


Rizières Jatiluwih, classées patrimoine mondial de l'UnescoUne belle route (35 min en voiture) vous fait passer dans la région agricole du mont Batukaru où se trouvent les plus belles rizières en terrasse de l’île. Elles sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, non seulement pour leur beauté, mais aussi pour tous les rites religieux et les pratiques culturelles de ceux qui les exploitent. La voiture vous déposera au point le plus haut des rizières, où un restaurant modeste vous donnera à manger un riz frit ou des nouilles frites acceptables. La vue est extraordinaire. Avec de la chance, pendant la saison sèche, on peut voir jusqu’au mont Agung.

Vous pourrez vous amuser à parcourir les sentiers des rizières, (attention de ne pas les briser), observer la vie agricole, et remonter en aval du restaurant où le chauffeur vous attendra. La route repart vers le lac Bratan et son célèbre temple des eaux. Le riz traditionnel de Jatiluwih met sept mois et demi pour arriver à maturité, 2 fois plus que le riz standard. Il est utilisé en pâtisseries, et pour les offrandes aux dieux. On trouve le riz blanc, le riz rouge et le riz noir.

 

 

Temple Ulun Danu sur le lac Bratan

 

Bedugul : cérémonie au bord du lacCe temple partage avec celui de Tanah Lot la gloire d’être le site le plus photographié de Bali. En fait, peu de visiteurs s’arrêtent au temple lui-même, le long du lac, mais se ruent devant les pagodes qui sont isolées sur deux petites îles, à quelques mètres du rivage. Les merus s’élèvent d’îles qui symbolisent la tortue supportant le monde, au-dessus de l’océan primordial. 4 grenouilles ornent les angles de la première île. 

Ce temple est dédié à la déesse des eaux du lac, Dewi Danu. Il s’agit donc là d’un des temples des eaux majeurs de l’île, qui, avec celui de Batur, est au sommet du système d’irrigation et à l’origine des richesses prodiguées à l’île par la grâce des dieux.

Sous un certain angle, le regard peut porter à la fois sur le temple hindouiste de Bratan, sur un stupa bouddhiste et sur le dôme d’une mosquée, illustrant une spécificité balinaise, celle d’une coexistence multi-religieuse pacifique.

 

 

Marché de fruits, légumes et épices

Selon le temps disponible

 

La montagne autour de Bedugul regorge de plantations de fruits et légumes qui ne peuvent supporter la chaleur des basses terres. Ici, à plus de 1000 m d’altitude, le climat convient à la production de fraises, de café, de salades, de tomates et d’innombrables autres légumes. Le roi des fruits dans ces montagnes est le mangoustan, une sorte de petite pomme dure, rouge sombre à noir. Quand on la fend, on y trouve des loges qui contiennent un des fruits les plus savoureux de la planète. Sa pulpe blanche (attention, l’un des quartiers contient un noyau) est connue de tous les amateurs de fruits exotiques qui viennent à Bali, mais ce fruit reste inconnu en Occident. Ces hauteurs sont aussi le terrain des fruits de la passion. L’intérêt du marché de Bedugul est que ces fruits y sont abondants, mêlés aux souvenirs divers, aux fausses Rolex, le tout entre les mains de musulmanes amusantes et terriblement fortes en business. Marchandez, négociez... c’est le jeu !


Non loin de là se trouve le jardin botanique de Bali, conservatoire d’espèces rares, dont les orchidées balinaises. Le sentier des fougères géantes est spectaculaire.