Tirta Empul - Mont Batur - Gunung Kawi

Excursion N°3 - Une journée dans le nord

 

Programme

 

8 h 30 : départ de Balam Bali Villa

9 h 30 : visite de Tirta Empul

10 h 30 : départ au mont Batur et descente pittoresque dans le cratère

12 h 00 : déjeuner au restaurant des sources chaudes et bain dans les sources chaudes

14 h 00 : départ pour Gunung Kawi

15 h 30 : visite de Gunung Kawi

16 h 30 : départ pour la villa

17 h 30 : arrivée à la villa

 

À savoir

Pour ceux qui prennent uniquement l'option transport (c'est-à-dire ceux qui n'ont pas prix le forfait excursion)

  • Les prix comprennent uniquement le déplacement en voiture, aller/retour
  • Ils ne comprennent ni les services d’un guide, ni les repas, ni les entrées sur les sites

 

Carte du circuit

 Circuit Tirta Empul - Mont Batur - Gunung Kawi

 

Tirta Empul

 

Tirtha Empul : purificationSi des traces d’occupations remontent là encore à l’an mille, le temple actuel est relativement récent. Tous les Balinais convergent régulièrement à Tirta Empul pour se baigner, habillés de leur sarong, dans les eaux sacrées du temple, où se trouvent deux bassins d’ablution. Soyez mesurés dans vos photographies et sachez que vous pouvez vous baigner aussi si tant est que votre sympathie pour la religion hindouiste est sincère. Il vous faudra acheter des offrandes afin de les déposer sur les bouches à eaux. Ayez toujours à l’esprit qu’il ne s’agit pas d’une piscine ! Ne prenez pas votre bain de purification en maillot de bain, mais en sarong. 

Ces rites sont en quelque sorte la recréation à Bali des rites de purification dans le Gange des Hindouistes d’Inde. Cet avatar du fleuve sacré fait ici à peine quelques mètres. En effet, si vous allez au bord du quadrilatère de brique qui se trouve juste en amont des bains, vous verrez le spectaculaire jaillissement de la source sacrée, dont les bouillons remuent le sable noir autour d’un déploiement d’algues et d’herbes aquatiques. Les visiteurs repartent avec des bidons d’eau sacrée, pour leurs propres dévotions dans les temples des maisons, et pour bénir les offrandes faites tous les jours par les Balinais.

Encore plus en amont, le temple est très actif.

 

N’hésitez pas à passer la grille et observez la gestuelle très chorégraphiée et codifiée de la prière : avec la fleur, sans la fleur, avec l’eau bénite, puis le riz. Priez aussi si vous le désirez, vous ne choquerez personne, et le prêtre en blanc vous aspergera d’eau bénite. Vous trouverez facilement un Balinais pour vous enseigner les gestes. L’activité de ce temple est surtout impressionnante le dimanche et les jours de pleine lune.

Au sommet du flanc de la colline, une villa de luxe du dictateur Suharto ouvrait ses fenêtres sur les belles jeunes filles qui se baignaient en contrebas. C’est, depuis la disparition de Suharto, une résidence pour chefs d’Etat.

 

Mont Batur

 

Batur : au sommet du volcan avant le lever du soleilCette excursion ne doit pas débuter trop tard pour avoir un maximum de visibilité une fois arrivé au mont Batur, qui disparaît rapidement dans les nuages. Pour éviter les brumes qui s’élèvent avec la chaleur du jour, nous vous emmenons directement au mont Batur, une des montagnes sacrées de l’île. Le site, du point de vue volcanologique, est impressionnant. 
 
Le Batur est en effet un volcan occupé par une immense caldeira, cratère géant dû à une explosion ou à l’effondrement de la chambre magmatique (il y a 80 000 ans). Le cratère fait 13 km de diamètre ! Il est bordé par une lèvre dont une partie se parcourt en voiture. A un certain point, la lèvre du cratère culmine à 2151 m (mont Abang), elle est donc plus haute que le mont Batur actuel, situé dans la caldeira. Il faut une bonne journée de marche pour en faire le tour à pied. Une route pittoresque et sinueuse descend dans la caldeira occupée sur plus d’un tiers par un lac, le lac Batur. 

Un peu décalé vers l’Ouest, un nouveau volcan a poussé dans ce cratère géant, le mont Batur actuel, qui s’élève à 1412 m, un volcan dans le volcan.

 

La descente dans l’immense caldeira est impressionnante. Elle vous mène, au travers de plantations d’oignons, de choux et de maïs, vers le Bain des Sources Chaudes. Cette réalisation a été menée par la communauté des habitants du cratère, qui ont construit là une série de piscines et de bains et un restaurant, le tout au bord du lac, face à un paysage splendide. Il s’agit de loin des meilleures sources chaudes de Bali. Vous apprécierez les bains dans les divers bassins, où l’eau tombe à 38°c par des bouches en tuyaux de bambou. Les bassins sont en dalles de lave du volcan. La cuisine est honorable. L’entrée est à 10 USD pour les adultes, et 5 USD pour les enfants. Ces bains vous nettoieront le corps et l’esprit : il s’agit d’une source sacrée ! Au repas, vous pouvez vous faire servir le poisson qui sort des fermes aquacoles du lac Batur : vous les voyez de votre table, elles sont marquées par les radeaux de bambou.

 

Observez bien le lac, essentiel dans la vie des Balinais. Profond de 300 m, il est la demeure de la déesse des eaux sacrées du lac. Pour l’honorer, il existe deux temples des eaux, l’un dans la caldeira, à l’extrémité du lac (un temple qui paraît abandonné, construit en surplomb au-dessus de l’eau sacrée du lac, on ne s’y baigne pas !) et l’autre sur sa lèvre.

Mont BaturUne montée près du temple du lac permet de découvrir, au bout d’une demi-heure de marche, une vue stupéfiante sur le lace, le mont Batur intérieur, et sur l’océan, jusqu’à Lombok. Se renseigner auprès de notre personnel si vous vous souhaitez faire cette montée (sans guide).

 

C’est surtout dans le grand temple des eaux sur la crête où est fêtée celle qui est la seconde divinité la plus importante de l’île, la déesse des eaux du cratère, qui dispense la richesse de l’eau sur l’île, par une organisation complexe de temples des eaux qui s’étagent jusqu’au bord de la mer. Le prêtre du temple est le prêtre le plus important de Bali. Il s’appelle le « Jero Gede ». À la mort d’un Jero Gede, son successeur est désigné par la déesse qui transmet le nom du nouveau prêtre à une jeune fille vierge qui exécute une danse en transe. L’actuel Jero Gede a ainsi été nommé à l’âge de 11 ans. Dans le grand temple de Batur, le méru (pagode) à 11 étages est celui de la déesse, alors que celui à 9 étages est celui de son époux, le dieu du Mont Agung. Ce temple a une histoire complexe. Il était jadis logé dans la caldeira, mais, menacé par l’éruption de 1926, on en a déménagé les autels sur la crête pour les protéger. Le temple, de plus de 1 000 ans d’âge, a fini par être englouti par les coulées de lave. Un nouveau temple a alors été édifié autour des autels sauvés, sur la crête, pour plus de sécurité. En fait, il résulte de l’assemblage de neuf temples ainsi sauvés, auxquels on a ajouté un temple de crête, auparavant situé au sommet de la caldeira sur la droite, sur le mont Abang.

 

Descente du volcan Batur vers les temples de Tirtha Empul et Gunung Kawi. Arrêt possible dans une plantation de café.

 

Gunung Kawi

 

Le temple de Gunung Kawi est magnifiquement niché au fond d’une gorge où coule la rivière Pakrisan. On descend le long d’un paisible village, dont la spécialité est la sculpture et gravure sur os. Les boutiques du village sur la grande route (avant d’atteindre le parking) montrent de belles réalisations, dont des bijoux « ethniques » peu onéreux et de grande qualité. La descente se poursuit par un raidillon et des marches, pour arriver dans la zone sacrée. Un premier site, sur la gauche montre une succession de monuments royaux, des tombes pyramidales creusées à même la falaise. Elles sont qualifiées de « tombes » mais en fait se sont plutôt des autels taillés en forme de candi bouddhistes. Ces autels commémorent le quasi légendaire roi Anak Wungsu et son épouse la reine Betari Mandul, qui régnèrent sur l’ensemble de l’île. Son règne, au début de l’an 1 000, était marqué par un très fort lien avec Java. C’est à son époque que se met en place une partie du système religieux de l’île, dont l’organisation des trois temples : le temple des origines (Pura Puseh), le temple du village (Pura Desa) et le temple des morts (Pura Dalem).

La visite continue de l’autre côté du pont, par l’enceinte d’un temple balinais classique, où sont disposés les pavillons et pagodes. Au bout du temple, à droite, un passage dans la roche donne accès à un mystérieux ensemble de niches taillées dans la montagne. Elles sont interprétées à ce jour comme de possibles cellules de moines d’un ensemble monastique.

 

Au-delà du temple, on retrouve une spectaculaire falaise d’où s’écoule une eau sacrée répartie vers les déversoirs d’un bassin d’ablutions. D’autres candi pyramidaux ont été sculptés dans la paroi. 

On peut continuer au-delà de cet ensemble, vers les cahutes d’un fermier, qui vous servira de délicieuses noix de coco qu’il va chercher dans les arbres des environs. Au-delà encore, une promenade dans les rizières vous mène en 10 minutes à une petite cascade où vous pouvez vous rafraîchir. Retour à la villa ou dépose à Ubud.